Millésime 2011

LES CONDITIONS CLIMATIQUES : L’année 2011 aura été pour nous atypique, voire inclassable avec des conditions climatiques souvent extrêmes et surtout inhabituelles. L’avance végétative enregistrée après le printemps chaud et sec a été réduite à deux semaines suite à un mois de juillet automnal. La véraison débute en effet, pour les parcelles les plus précoces, durant la deuxième quinzaine de juillet.

C'est à ce moment qu'un orage de grêle vient dévaster nos vignes de chardonnay à plus de 80%. Le coup porté est douloureux et même si les pluies continues de juillet cessent, le temps joue avec nos nerfs. En effet, aux périodes chaudes et ensoleillées succèdent de nouveau des précipitations orageuses et un temps plus frais.

Cette conjugaison de chaleur et d’humidité est propice à l’apparition de quelques foyers de pourriture dans le vignoble, mais la situation sanitaire reste bonne pour le pinot noir, cépage plus sensible et plus fragile que le chardonnay.

Compte tenu de la différence sanitaire entre les deux couleurs, les vendanges s’étaleront finalement de la fin août pour les rouges et à la deuxième décade de septembre pour les vins blancs, ce qui fait de 2011 un millésime très atypique.

CONCLUSION : 2011 reste une année très difficile pour nous à bien des égards. Le choix de la date de vendange a été le plus grand défi de l’année. La petite récolte 2010 oubliée, les vignes étaient magnifiques jusqu’au 12 juillet, jour de la grêle sur Rully. Si les vins blancs produits sont évidemment différents des autres millésimes, le fruit et le plaisir sont présents. Les vins sont à boire assez rapidement. Les rouges, quant à eux, ont pu nous faire quelque peu oublier la catastrophe grâce à leurs qualités.

LE RÉSULTAT : Les vins de pinot noir, d'acidité basse, présentent des tannins soyeux et charmeurs. Avec un profil proche des 1997, ils se boiront avec plaisir dans leur jeune âge. Malgré la perte sèche de volume due aux conditions météorologiques calamiteuses, les blancs sont frais et harmonieux : l'élevage en fûts leur a apporté douceur et profondeur.

LES BLANCS : Les vins restent amples et riches. Ils brillent par leur harmonie et par leur équilibre retrouvé après la tempête.

LES ROUGES : Selon les climats, on trouvera des crus séveux avec de l'allonge tandis que d'autres seront plus fins et délicats.